SNUDI-FO 44
2 place de la Gare de l’Etat 44200 NANTES / 02 28 44 19 20 / snudifo44@wanadoo.fr


Compte-rendu du GT du mardi 16/01/2018 « Formation continue : PDF 2018-19 et Congé formation professionnelle »
Publié; le 1er février 2018, mis à jour le 4 février 2018 | SNUDI-FO 44

Compte-rendu du GT du mardi 16/01/2018 « Formation continue : PDF 2018-19 et Congé formation professionnelle »

I) Plan départemental de formation 2018-19

M Le Gall, IEN Adjoint à l’IA, responsable de la formation continue des PE et des PES nous présente les grandes lignes du PDF 2018-19.

Priorités nationales : mathématiques au cycle 2 et lecture dans tous les cycles.

Déclinaison départementale : sur 18h de formation, les enseignants du cycle 2 auront « obligatoirement » 9h de formation sur les mathématiques et tous les enseignants auront 9h sur la lecture (selon organisation prévue par l’IEN de la circonscription)... ce qui soulève déjà la question des formations choisies librement par les PE ou de celles demandées par les équipes enseignantes sur des projets d’école (stages d’école).

Question posée par plusieurs OS : quid des autres formations ? Au cycle 2, il ne reste plus une seule heure librement choisie ! Le Snudi FO rappelle au Dasen que les préconisations du Ministre ne veulent pas dire « obligations  », terme trop souvent galvaudé par notre administration.

Réponse de l’IA : « Lorsque le Ministre préconise des mesures, je prends mes responsabilités en tant que Dasen et je suis ses directives, je ne fais pas la distinction, je ne joue pas sur les mots ! »

Il ajoute même : « Certains enseignants et certains syndicats exagèrent, ils sont passés maîtres pour utiliser les heures de Réunions Syndicales pour éviter d’assister aux réunions pédagogiques, même celles recommandées par leurs IEN...  »

Le Snudi lui rappelle le droit syndical : les 9h de RIS sont un droit et elles sont prises sur les 108h, très souvent sur les 18h, car les collègues ne veulent pas sacrifier leurs réunions d’équipe pédagogique ni les heures consacrées aux élèves et aux parents. Par ailleurs, peu de collègues prennent la totalité des 9h de RIS ...

Pour calmer la tension ambiante, M Le Gall précise que les IEN pourront juger de la pertinence des 9 h et laisser un peu de marge de manœuvre pour garder 3 h ou plus pour les formations des équipes d’école... Toutes les décisions ne sont pas prises et les IEN « ont la main  » sur l’organisation dans leur circonscription. On peut se douter que les IEN ont autant de marge de manœuvre vis-à-vis du Dasen que celui-ci en a vis-à-vis du Ministre !

Autre remarque de M.Le Gall : tous les enseignants ont droit au maximum à 4,5 jours de formation continue par an sur le temps de travail (stages à candidature individuelle p.6). Cette limitation doit permettre de faire bénéficier tous les enseignants de la formation continue.

Remarque du Snudi FO : les CPD, CPC, PEMF, chargés de mission, référents numérique et autres formateurs ont droit à 5 stages de formation à public désigné par an , donc jusqu’à 5 semaines ou cinq fois plus que les PE, selon cette circulaire. L’an dernier déjà nous avions fait remarquer la très grande disparité avec les collègues PE et avions demandé que cette disparité soit atténuée. M Le Gall répond que les formateurs doivent avoir une solide formation, soutenu par l’Unsa qui dit qu’il ne s’associe pas à la demande du Snudi FO (étonnant ? L’Unsa syndique beaucoup de formateurs...). Les autres OS ne disent rien sur cette question...

Le Snudi argumente que les PES, T1 et T2 ont aussi besoin de formateurs sur le terrain pour leur suivi et que leur formation et leur suivi devraient être prioritaires sur la formation des formateurs. M Le Gall entend ces arguments mais n’en démord pas...

On pourrait ajouter que les PE à mi-temps ou 75% qui se voient confier un PES sur leur classe (souvent en les obligeant à prendre un 1/4T dans une autre classe pour libérer un 1/2T pour le PES) et qui doivent se concerter avec le PES, assurer un minimum son suivi, n’ont pas cinq semaines de formation, eux ! Pourtant ils assurent au moins autant la formation des PES que les CPC ou référents ESPE...

FAD : M Le Gall et le Dasen insistent sur la nécessité de faire plus de FAD , d’inscrire les enseignants dans une « dynamique  » de formation personnelle à distance, avec les nouveaux outils numériques.... Le Snuipp et l’Unsa répondent que les collègues n’ont pas attendu les FAD pour se saisir des nouveaux outils.

Le Snudi FO ajoute que les FAD n’ont toujours pas de caractère obligatoire.

- Au CHSCT Ministériel du 12/03/2015 un voeu voté à l’unanimité des OS a soulevé les problèmes liés à l’utilisation de « Magistère  » sur la santé et les conditions de travail.
- La Ministre Vallaud Belkacem a répondu que le recours à Magistère « ne revêt pas de caractère obligatoire  »
- M Gaudy DRH a répondu (courrier du 31/07/2015) : « les enseignants peuvent se former quand ils le souhaitent et à partir du lieu de leur choix pour la partie en ligne »

D’où notre demande : la formation à distance ne saurait être que volontaire !

II) Congé Formation Professionnelle :

(M le Dasen nous a quitté au bout d’une heure pour assister à une autre réunion)

A la demande de M Jachimiak, secrétaire général de l’IA, les autres OS n’avaient bizarrement aucune remarque à faire sur le document « Congé Formation Professionnelle »... Heureusement le Snudi FO en avait !

1) Contrairement au Décret n°2007-1470 du 15/10/2007 relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie des fonctionnaires de l’Etat modifié par le décret n°2017-928 du 6 mai 2017, la circulaire départementale ne fait aucune référence à : « l’approfondissement de leur formation en vue de satisfaire à des projets personnels et professionnels grâce au congé formation professionnel » (art 1- 6°)

Bien au contraire elle réduit les conditions d’octroi du CFP à « la formation demandée doit être en lien soit avec la mission d’enseignement, soit avec la mission d’un « agent administratif » (ce terme serait remplacé par fonctionnaire) dans le cadre de la fonction publique » (c’est déjà mieux que l’an dernier où elle était limitée aux « fonctions éducatives », mais c’est encore très loin du décret). Le Snudi FO a rappelé que la circulaire ne pouvait ignorer / se substituer à un décret de la fonction publique et donc ignorer le volet « projets personnels », surtout en lien avec la mobilité des fonctionnaires qui peuvent avoir des projets de réorientation professionnelle.

Mme Delacour, Cheffe de la DRH de l’IA, a répondu : « Mais la circulaire de l’IA44 s’inspire directement de celle du Recteur ! ». Ce à quoi nous avons répondu que même la circulaire du Recteur doit être en conformité avec le Décret de la Fonction Publique, car nous sommes bien fonctionnaires de la fonction publique d’Etat, non ? Nous avons donc demandé la mise en conformité avec ce décret !

2) D’autre part, le décret mentionne (art 1-4°) dans les actions de la formation « la réalisation de bilans de compétences » et (art 1- 5°) « la validation des acquis de leur expérience »

Mme Delacour a répondu que les bilans de compétences pouvaient être réalisés par les services du rectorat, ce à quoi nous avons répondu qu’il faudrait pour que les collègues soient informé(e)s le signaler dans la circulaire qui n’en dit mot ! Et concernant la VAE ? Rien n’est dit dans la circulaire du Recteur, donc rien non plus dans celle de l’IA44 ! Pourtant la VAE est une étape utile ou nécessaire pour pouvoir changer d’activité... Nous demandons une nouvelle fois la mise en conformité de cette circulaire avec le décret de la fonction publique !

M. Jachimiak, secrétaire général promet que ces remarques seront prises en compte, dont acte ! Le Snudi FO refusera d’approuver cette circulaire en CAPD si elle n’est pas conforme au décret, si elle prive les collègues enseignants des mêmes droits que tous les fonctionnaires d’Etat !

3) Quant au « compte personnel de formation » (décret N°2017-928 du 6/05/2017 relatif à la mise en place du compte personnel d’activité) qui remplace le DIF depuis le 1er janvier 2015, il a été mis en place le 1er janvier 2017 dans la fonction publique dans le cadre du compte personnel d’activité qui comprend le CPF et le CEC (compte personnel citoyen). Les droits acquis dans le DIF sont transférés au CPF.

Interrogés sur le CPF, le Secrétaire Général et la DRH ont répondu qu’il n’y avait pas encore de texte d’application dans l’Education Nationale ! Cherchez l’erreur !

cale






SPIP 2.1.26 [21262] habillé par le Snudi Fo