https://www.facebook.com/pg/snudifo...

|couper{150}|attribut_html)" />

SNUDI-FO 44
2 place de la Gare de l’Etat 44200 NANTES / 02 28 44 19 20 / snudi44fo@gmail.com https://www.facebook.com/pg/snudifo...


Défense de l’école maternelle publique républicaine
Publié; le 12 septembre 2019, mis à jour le 13 septembre 2019 | SNUDI-FO 44

Les « jardins d’enfants » en lieu et place de l’école maternelle : nous y sommes !

PDF - 685 ko
4 p spécial maternelle 2019

Avançant à marche forcée dans un contexte de monologue social, le ministre a présenté au CTM du 9 juillet, 2 décrets qui confirment les pires craintes* du SNUDI-FO

* Un rapport de « France Stratégie » préconisait un « système intégré d’accueil des jeunes enfants qui traite comme un bloc la période allant de la première année à l’âge de la scolarité » (de 0 à 6 ans) avec l’« intervention, dans les écoles des professionnels du champ social, comme les éducateurs de jeunes enfants ».

* Présentant les Assises de la maternelle à la presse, Boris Cyrulnik (conseiller scientifique de M.Blanquer) a déclaré : « L’expérience montre que les enfants ne s’attachent pas forcément à celui qui a le plus de diplômes »(Ouest-France le 06/01/18)

(lire ci dessous notre CR de 2018)

Dans la continuité de ces assises, le ministre assimile les jardins d’enfants aux écoles privées hors contrat pour leur permettre de se substituer à l’école maternelle publique.

=> Pour la première fois une structure privée payante assurera la scolarisation obligatoire des élèves de 3 à 6 ans, avec pour seule contrainte d’embaucher des personnels « (…) dans la limite des conditions exigées des agents contractuels recrutés pour exercer des fonctions d’enseignement correspondantes dans les écoles et établissements publics relevant du ministre chargé de l’éducation nationale

=> C’est un véritable transfert des missions relevant de l’école maternelle publique vers des structures privées dans la logique de la loi Dussopt de destruction de la fonction publique.,

De plus, le ministère :

- fait disparaitre toute référence à la maturité physiologique (propreté)

=> L’obligation scolaire dès 3 ans contraint désormais les enseignants ou, à défaut, les ATSEM à exécuter des toilettes pour des élèves qui n’ont pas atteint cette maturité physiologique

- met en œuvre une procédure alourdissant la charge de travail pour les directeurs qui n’avaient pas besoin de cette nouvelle tâche chronophage.

=> Impossible d’accepter un accueil à la carte l’après-midi d’autant plus qu’un tel fonctionnement pose des problèmes de sécurité évidents.

Pour le SNUDI-FO l’école maternelle doit rester une École, ce qui nécessite :
- que s’appliquent des règles et un fonctionnement collectifs
- avec des enseignants fonctionnaires d’État garants de son indépendance.

Le SNUDI-FO 44 rappelle que le service public et le statut général de la Fonction publique sont indissociablement liés.

Rappel du CR du groupe de travail de 2018

Le Snudi FO 44 avait pointé les injonctions paradoxales de l’IA dès 2018 qui exigeait à la fois dans le futur règlement départemental :

- une surveillance continue, une sécurité constamment assurée
- de créer les conditions de prise en charge progressive par les élèves eux-mêmes de la responsabilité de certaines de leurs activités

et ce

- dans des classes de 30 élèves et plus de 2 ou 3 ans
- qui ne seraient pas tous propres :

  1. - tout enfant âgé de trois ans au 31 décembre de l’année civile en cours doit pouvoir être accueilli dans une école maternelle …
  2. - les enfants peuvent être accueillis dès l’âge de deux ans révolus dans des conditions éducatives et pédagogiques adaptées … (avec des couches ?)

- et pour certains en plus porteurs d’un handicap déclaré ou non
- le tout aggravé par le souhait de notre président de « rendre obligatoire l’école maternelle à partir de 3 ans, dès 2019

L’IA a répondu que ces questions n’entraient pas dans le champs du groupe de travail mais du dialogue avec les familles

Le Snudi FO 44 revendique que :
- l’accueil des jeunes enfants soit étudié au cas par cas avec le maintien d’un droit de regard de l’enseignant

- dans une classe ne dépassant pas 20 élèves avec un PE, fonctionnaire d’État et une ATSEM fonctionnaire territoriale

Pour FO, avec nos actuelles conditions de travail, (entériné dans ce règlement départemental) tout incident voire accident, tout conflit au sein de l’école relève de la responsabilité de l’IA ainsi que les conséquences de ces injonctions paradoxales sur notre santé !

Complément d’informations :

le Snudi FO44 a rappelé que ce Règlement Départemental devait mettre en avant les Droits des fonctionnaires et pas seulement leurs Devoirs.

Nous avons obtenu que dans le paragraphe « 2.4 Les personnels enseignants et non enseignants » soit fait mention de l’article 11 de la loi N° 83634 du 13 07 83 (protection fonctionnelle du fonctionnaire)

Nous avons demandé que l’utilisation du Registre Sécurité Santé au Travail (RSST) soit :
- proposé dans le paragraphe « 2.5 Les règles de vie à l’école … Lorsque le comportement d’un élève perturbe gravement et de façon durable le fonctionnement de la classe ... » refus de l’IA
- indiqué en préambule du paragraphe « 1.6 Usage des locaux, hygiène et sécurité » et pas seulement perdu au milieu du sous paragraphe « 1.6.1 Utilisation des locaux … » accord de l’IA

Toutes ces questions seront suivies au CHSCT par notre représentante qui dénoncera aussi la formulation erronée :

« Le directeur d’école doit renseigner le Document Unique d’Évaluation des Risques Professionnels (DUERP). »

Ce Document est de la responsabilité de notre employeur donc de l’IEN PAS des directeurs(ces) !

cale






SPIP 2.1.26 [21262] habillé par le Snudi Fo